Breaking News

Financements internationaux en vue pour un projet russe de GNL

Plusieurs établissements financiers internationaux, dont le français Bpifrance, sont prêts à soutenir financièrement à hauteur de 9,5 milliards de dollars un projet de… | 18 septembre 2020

Plusieurs établissements financiers internationaux, dont le français Bpifrance, sont prêts à soutenir financièrement à hauteur de 9,5 milliards de dollars (8,0 milliards d’euros) un projet de production de gaz naturel liquéfié (GNL) dans l’Arctique russe, selon un document que s’est procuré Reuters.

Le projet Arctic LNG 2, mené par la compagnie russe Novatek et auquel le groupe Total participerait, est évalué à 21 milliards de dollars. Il devrait être lancé en 2023 pour atteindre en 2026 une capacité de production de près de 20 millions de tonnes de GNL par an dans la péninsule de Gydan, dont 80% seraient destinés à l’Asie.

Si le GNL est présenté par le secteur de l’énergie comme une alternative plus “propre” au charbon et au pétrole, il reste une source d’émission de dioxyde de carbone (CO2) et ses détracteurs le jugent difficilement compatibles avec les engagements de l’accord de Paris sur le climat ou le “Green Deal” de l’Union européenne.

Parmi les établissements prêts à soutenir financièrement Arctic LNG 2, selon le document que s’est procuré Reuters, Bpifrance a émis un avis préliminaire favorable à une demande de “garantie de projet stratégique” de Total pour un crédit de 700 millions d’euros, un mécanisme en vertu duquel la banque publique se porterait garante pour l’entreprise à hauteur de 80% de ce crédit auprès des banques.

Les autres soutiens du projet incluent China Development Bank (CDB) pour cinq milliards de dollars, l’assureur crédit allemand Euler Hermes pour 300 millions et Japan Bank for International Cooperation (JBIC) pour 2,5 milliards de dollars, tandis qu’une banque russe dont l’identité n’est pas précisée est prête à apporter 1,5 milliard et l’italien SACE un milliard.

Sberbank, la première banque russe, a annoncé officiellement qu’elle était prête à financer le projet à hauteur de 2,7 milliards d’euros.

Les engagements détaillés par le document, s’ils étaient confirmés, couvriraient l’intégralité des besoins de financements externes, estimés par Novatek entre neuf et 11 milliards de dollars.

DES IMPLICATIONS POLITIQUES POSSIBLES

Parmi les…

Zone Bourse

Read full article



Source link